FANDOM


INTRODUCTION Edit

La théologie contemporaine la plus à la mode, surtout depuis le milieu du XXe siècle, est très réticente à la notion de Dieu vengeur. Il est vrai que sous son appellation latine, Deus vindex, l'expression a été plus utilisée, par exemple par St Augustin, et qu'elle est sous sa forme francaise classique plus courante chez certains écrivains spirituels du passé, dont notamment Bossuet, Bourdaloue, saint Francois de Sales, M. Olier, saint Louis-Marie Grigion de Montfort et Saint Jean-Marie Vianney, sans excepter quelques non francophones tels saint Jean Chrysostome, saint Grégoire le Grand, saint Cyprien de Carthage, saint Basile de Césarée, saint Bonaventure, saint Robert Bellarmin et saint Alphonse de Liguori (Voir "Dieu vengeur (Deus vindex) chez les maîtres spirituels" [7]).

D'autre part, l'enseignement constant de l'Eglise considère la vengeance comme un péché grave contre le cinquième commandement[8]. Cependant Deus vindex ne pourrait impliquer Dieu pécheur sous peine d'incohérence. Pour éclairer la question, des sources magistérielles directes (dont une du concile Vatican II) et thomistes, en raison de leur importance traditionnelle dans la pensée du magistère, peuvent être examinées.


1) Méthode

Pour traiter cette question, trois sources sont utilisées: Le Dictionnaire de Théologie Catholique, l'oeuvre de St Thomas, Les textes des Conciles de Lyon, Trente, Vatican I, Vatican II ainsi que les textes des encycliques de Pie IX à Benoit XVI. Tous les textes officiels latins des conciles oecuméniques ont été dépouillés (http://www.documentacatholicaomnia.eu/01_10_Concilia_Oecumenica.html).

Pour les conciles et les encycliques, la recherche a porté sur les racines latines ("vind", pour vindex, vindicare; "ultio" a été omis sauf exception pour le catéchisme de Trente et le Concile de Tolède) , francaise ("veng") et anglaise ("veng", pour avenge, ""vind" pour vindicate). Comme tous les textes latins n'étaient pas accessibles en ligne, et que les traducteurs ne rendent pas toujours vindicare par venger, certaines occurrences ont dû passer inapercues. Il y a donc sous-dénombrement dans le décompte. Il convient aussi de souligner que les occurences veulent concerner d'abord Deus vindex (ou ultor), non pas Dieu vengeur à proprement parler; c'est d'ailleurs pourquoi les traducteurs rendent vindex non seulement par vengeur, mais aussi par défenseur, garant, etc. Notons bien que vengeur, défenseur, garant N'EXISTENT PAS dans le vocabulaire du magistère: SEUL LE LATIN compte. D'ou le titre de cet article.


2) Etymologie:

Vindicare proviendrait de venum-dicere: dire le prix en justice et le réclamer en justice. (de venum provient vénal). D’où par extension imposer le prix du châtiment[1].

Le français revendiquer provient de cette racine aussi bien que venger, ce qui explique que les traducteurs rendent souvent jus vindicare par revendiquer ses droits au lieu de venger ses droits, par exemple.

Pour l’anglais c’est encore plus clair : vindicate, vindicator, avec l’idée de réclamation, compensation exacte de ce qui a été perdu ou lésé, sont plus courants pour traduire vindicare que avenge, avenger.


3) DTC – Dictionnaire de théologie catholique (art. vengeance)

Le DTC distingue la vengeance-vice , sous l'emprise de la passion, de la vengeance-vertu, annexée à la justice, qui combat et réprime le mal. La vengeance, dit Cicéron, "repousse et prévient la violence, l'injustice et tout ce qui peut nuire" (Rhét. II, 53). Incidemmment, Cicéron utilise expressément l'expression Deus vindex dans son oeuvre (De Legibus [9]).

La vengeance-vertu s’oppose aux vices contraires que sont la mollesse et la cruauté. Elle est de l’ordre de la légitime défense si son but est un bien, médicinal ou punitif, répressif: la justice, l'honneur de Dieu. Par exemple, la peine de l’excommunication venge l’Eglise d’une offense. C’est un cas de justice vindicative. Tout au moins en partie, car il est plus exact de considérer la vengeance comme désignant les châtiments purement punitifs (enfer, peine de mort) ou les aspects punitifs des châtiments à la fois punitifs et médicinaux (presque tous les autres châtiments). Bref, on distingue la vengeance des autres châtiments en ce qu’elle est punitive.

Très courante dans l’Ancien Testament, elle n’est pas absente du Nouveau. E.G.:

Luc 21:22 "Car ce seront des jours de vengeance, pour l'accomplissement de tout ce qui est écrit". (ultionis - ekdikèseos) Romains 12:19 "Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère; car il est écrit: A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur". (vindicta - ekdikèsis)

Romains 13:4 "Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains; car ce n'est pas en vain qu'il porte l'épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal". (vindex - ekdikos)

1 Thessaloniciens 4:6 "C'est que personne n'use envers son frère de fraude et de cupidité dans les affaires, parce que le Seigneur tire vengeance de toutes ces choses, comme nous vous l'avons déjà dit et attesté". (vindex - ekdikos) Hébreux 10:30 "Car nous connaissons celui qui a dit: A moi la vengeance, à moi la rétribution! et encore: Le Seigneur jugera son peuple". (vindicta - ekdikèsis) Apocalypse 6:10 "Ils crièrent d'une voix forte, en disant: Jusques à quand, Maître saint et véritable, tarde-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre?" (vindicas - ekdikeis)

Incidemment, le grec de la propre main des évangélistes peut être très utile ici. En effet dikè, dikaios signifient justice, juste. Mais EKdikè, EKdikos impliquent EXtraction de justice, EXtracteur de justice, "tirer" justice en francais. Une nuance de plus qui a privé les savants traducteurs de la simple expression "Dieu juste". Peut-être auraient-ils pu rendre par "justicier" mais encore là un justicier ne "tire" pas forcément justice, il peut, p. ex., décerner une récompense. Même punition ne serait pas tout à fait exact, car l'idée d'équilibre entre deux parties, de transfert de l'une à l'autre n'y est pas présente. Voilà pourquoi les traducteurs bibliques sont pratiquement unanimes quant à la traduction par venger, vengeance; même les anglophones choisissent avenge, avenger, vengeance, et non vindication, vindicator. C'est que la connotation de vindicate concerne la vengeance du côté de la victime, celle qui EST vengée ou recoit compensation, tandis que avenge est "extractif".

Si le latin n'existait pas ou n'avait pas été la langue du dogme, nous n'aurions pas de problème à traduire vindex puisque la racine serait ekdikè.

SAINT THOMAS D'AQUIN Edit

S. Thomas distingue une vertu de vengeance dans un texte important qui a sans doute influé sur la doctrine du magistère subséquent. Il vaut la peine de citer trois articles de la Somme (II-II)[10]:

QUESTION 108 : LA VENGEANCE 1. La vengeance est-elle licite ? - 2. Est-elle une vertu spéciale ? - 3. Comment exercer la vengeance ? - 4. Envers qui doit-on l’exercer ?

Article 1 : La vengeance est-elle licite? ...La vengeance se réalise par un mal de peine infligé au pécheur. Il faut donc considérer l’intention de celui qui l’exerce. Car si son intention se porte principalement sur le mal de celui dont il se venge, et s’attarde sur ce mal, c’est absolument illicite, parce que se réjouir du mal d’autrui relève de la haine, opposée à la charité dont nous devons chérir tous les hommes. Et ce n’est pas une excuse que de vouloir du mal à celui qui nous en a causé injustement, de même qu’on n’est pas excusé de haïr ceux qui nous haïssent. Un homme ne doit jamais pécher contre un autre sous prétexte que celui-ci a commencé de pécher contre lui, car c’est là se laisser vaincre par le mal, ce que l’Apôtre nous interdit (Rm 12, 21) : “ Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais triomphe du mal en faisant le bien. ” Mais si l’intention, dans la vengeance, se porte principalement sur un bien que doit procurer le châtiment du pécheur, par exemple son amendement, ou du moins sa répression, le repos des autres, le maintien de la justice et l’honneur de Dieu, la vengeance peut être licite, en observant les autres circonstances requises...

Article 2 : La vengeance est-elle une vertu spéciale? ...Selon Aristote la nature nous donne des aptitudes pour la vertu qui reçoivent leur complément de l’habitude ou de toute autre cause. Les vertus viennent donc nous parfaire et nous permettre de suivre, d’une manière convenable, les penchants innés qui sont de droit naturel. À tout instinct nettement défini correspond donc une vertu spéciale. Or, nous sommes naturellement portés à repousser les choses nuisibles; c’est pour cela que les animaux sont doués de l’appétit irascible, distinct de l’appétit concupiscible. L’homme suit ce penchant en repoussant les offenses pour ne pas en être atteint, ou en les punissant s’il en a été atteint déjà, non pas dans l’intention de nuire, mais pour éviter d’en être victime. Cette manière d’agir constitue la vengeance qui, dit Cicéron, “ repousse et punit la violence, l’injustice et tout ce qui peut nuire ”. Elle est donc bien une vertu spéciale...

Article 3 : Comment exercer la vengeance? ... La vengeance est licite et vertueuse dans la mesure où elle tend à réprimer le mal. Or certains, qui n’ont pas l’amour de la vertu, sont retenus de pécher par la crainte de perdre des biens qu’ils préfèrent à ceux qu’ils obtiennent par le péché ; autrement la crainte ne réprimerait pas le péché. C’est pourquoi la vengeance sur le péché doit s’exercer par la suppression de tout ce que l’on aime davantage. Or ce sont la vie, l’intégrité corporelle, la liberté et les biens extérieurs : richesse, patrie, réputation. A ce sujet S. Augustin cite Cicéron : “ Il y a dans les lois huit catégories de châtiments : la "mort" qui enlève la vie; "les fouets" et "le talion" (qui fait perdre "œil pour œil"), qui enlèvent l’intégrité corporelle; "l’esclavage et la captivité", qui enlèvent la liberté; "l’exil", qui éloigne de la patrie; "la confiscation", qui enlève les richesses; "le déshonneur", qui fait perdre la réputation. ” ...

CONCILES Edit

1) Avant le concile de LyonEdit

Voici ce qu`on peut trouver de plus près dans le compendium de Denzinger[2] sur cette question:

Denz. 72 Symbole de Damase (origine semble plus ou moins incertaine) "nous obtiendrons de lui soit la vie éternelle...soit la peine du supplice éternel" "ab ipso aut vitam aeternam...aut poenam...aeternis supplicii" [3]

Le ab ipso implique que le supplice est infligé par Dieu assez positivement. ca ne peut pas être médicinal. cela recoupe le sens de "vengeance".

574 Profession de Foi (ce doit être dogmatique) du Concile de Tolède: "chacun...recevra de lui, soit...la béatitude... soit...la mort de la damnation éternelle" "recepturus ab eo" [4] (même idée que ci-haut)

575 Même profession de foi: "ils sont châtiés par une sentence de damnation éternelle et seront brûlés..." "perpetuae damnationis sententia ULCISCENTUR atque....cremabuntur" [5]

Ici le mot de cette profession est sans équivoque. Ulcisco, ulciscor, signifie venger, se venger, punir en tirant vengeance. C`est un synonyme de vindicare, peut-être encore plus fort (car vindicare peut signifier revendiquer, délivrer, recevoir compensation). Normalement ulciscentur devrait avoir un sens actif car c`est un verbe déponent, mais ici il est passif au sens de "être le récipient d`une vengeance". On a le droit de traduire "châtiés" puisqu`une vengeance (au sens précis et technique du terme) est effectivement une espèce de châtiment.

Reste à évaluer le statut dogmatique de cette profession d`un concile non oecuménique, ou sa "note théologique" . Voici ce qu’on trouve sur ce sujet (11e concile de Tolède) :

Gervais Dumeige, en son condensé du Denzinger (La foi catholique) : « La haute considération dont a joui ce symbole…en a fait un document dogmatique très important. Il n’a été approuvé expressément ni par un concile œcuménique, ni par un pape, mais la plupart de ses affirmations sont de foi » Le DTC (t. 15, p. 1185) rappelle « Le célèbre concile de Tolède dont la valeur dogmatique est incontestable » et (t. 14, p. 2938) distingue l'autorité du symbole de Tolède de celle des conciles œcuménique tout en affirmant qu’il n’y a « aucun doute cependant sur [sa] valeur dogmatique… L’ensemble des théologiens, avec l’approbation tout au moins tacite du magistère ordinaire les considère comme reflétant l’enseignement de l’Eglise : ils ont acquis par là une valeur dogmatique incontestable »

En gros, il y a trois catégories de vérités : de foi divine et catholique (magistère extraordinaire ou ordinaire) , théologiquement certain, probable. On peut conclure que selon Dumeige et le DTC la notion de Dieu vengeur est dogmatique en vertu du magistère ordinaire. On dit bien « Ils subissent une vengeance par sentence de damnation éternelle ». Théologiquement certain semblerait trop faible pour un concile.

2) Concile de Lyon IEdit

Ch. II,1 De Usuris

"...quod nec a Deo nec a suo superiori vel sede apostolica mereatur propter hoc recipere ultionem."

"that he may not on this account receive from God or his superior or the apostolic see condign punishment."

"...qu'il ne se mérite pas à cause de cela une vengeance (ultio) de Dieu ou de ses supérieurs" [6]

3) Concile de Lyon II[7]Edit

II,17 De officio judicis ordinarii (contexte des tribunaux humains, ce qui précise le sens du mot:)

"...ultrix procedat dura sententia";

"Hard retributive sentence"

"dure sentence vengeresse"


II,2 De electione et electi potestate

"Qui autem secus egerint, divinae subjaceant ultioni"

"Those who act otherwise are subject to the divine retribution"

"vengence divine".


II, 6 De electione et electi potestate

"...divinam vindictam et apostolicae ultionis... possint non immerito formidare"

"...may rightly fear divine retribution and a punishment... from the apostolic see"

"...vengeance divine et vengence apostolique"


II, 25 De immunitate ecclesiarum

"...Divinae ultionis et nostrae poterunt acrimoniam formidare"

will have to fear the sterness of the divine retribution and our own"

"vengeance divine"

4) Concile de Trente [8]Edit

Le concile de Trente ne mentionne pas abondamment la vengeance divine (pas autant que la notion de châtiment) mais il la mentionne assez clairement quand c'est le cas (mots latins entre parenthèeses):

A) Sess. 14, chap. 8: "qu'ils aient devant les yeux la pensée que la satisfaction qu'ils imposent ne vise pas seulemenmt à sauvegarder la vie nouvelle et à guérir la faiblesse, mais aussi à venger et châtier les péchés passés" (Vindictam peccatorum) [9]

B) Sess. 14, ch. 9 : "Non seulement les peines que nous nous infligeons spontanément en châtiment du péché...mais aussi les épreuves temporelles infligées par Dieu...peuvent satisfaire auprès de Dieu" [10]

(Poenis sponte a nobis pro vindicando peccato susceptis....sed etiam...temporalibus flagellis a Deo inflictis; on a rendu vindicando - "vengé" - par châtiment, mais le sens est vindicte)

Au Canon 13: "Peines infligées par Dieu et supportées avec patience"; "Deo...poenis ab eo inflictis et patienter toleratis"

(On ne mentionne pas ici vengeance, mais en tout cas châtiments mondains infligés par Dieu.)

C) Sess. 22, déc. de réforme, can. I: "Ce nonobstant toute coutume contraire, de peur qu'ils soient punis par la vengeance divine pour avoir négligé la correction de leurs sujets"; "any customs to the contrary notwithstanding; lest they themselves may have, God being the avenger, to pay the penalty deserved by their neglect of the correction of those subject to them" [11]

(Deo vindice, poenas persolvant; ici l'anglais traduit très bien, même grammaticalement: "dieu vengeant, "étant le vengeant")

D) Sess. 25, chap 21, Sur les jeûnes: "ceux qui les méprisent verront Dieu les punir" ; "they who contemn them, shall feel God himself as an avenger." [12]

(Deum ipsum ultorem sentient; ici on change de racine - "ultor" - mais le sens est le même: Dieu vengeur)

E) Sess. 14, chap. 5: "etsi Christus non vetuerit, quin aliquis in vindictam suorum scelerum et sui humiliationem, cum ob aliorum exemplum tum ob Ecclesiae offensae aedificationem, delicta sua publice confiteri possit" (Denzinger 1683[13]; "Encore que Jesus-Christ n'aît pas défendu qu'on ne puisse, pour sa propre humiliation, & pour se venger soy-mesme de ses crimes, les confesser publiquement"[14]




Catéchisme de Trente

En manière de complément, il vaut la peine de citer le Catéchisme du concile de Trente, bien qu'il n'ait pas la même autorité - d'après l'ordre des textes du catéchisme de 1992, son autorité semble se placer sous celle des encycliques, mais au-dessus des documents curiaux.


Ch.24.1 "...en matière de réconciliation, satisfaire signifie accorder à un cœur irrité tout ce qu’il faut pour le venger de l’injure qu’on lui a faite. D’où il suit que la satisfaction n’est pas autre chose que la compensation, (ou réparation) de l’injure faite à quelqu’un."

(ulciscendam injuriam (le sens est venger, avec la racine ultio ici)

24.4 "...tandis que ceux qui n’endurent ces sortes d’épreuves qu’avec répugnance et malgré eux se privent de tous les avantages des œuvres satisfactoires, et ne font que subir la punition et le juste châtiment de Dieu qui se venge de leurs péchés". [15]

sed Dei tantum peccata justo judicio ulciscentis animadversionem et supplicium perferre (littéralement: mais supportent seulement le supplice et la colère de Dieu vengeant les péchés par son juste jugement; le traducteur écrit "se venge" , et c'est une des seules fois où l'on trouve ce réfléchi. Ce ne semble pas être le sens latin)


29.8 "Toutefois la jalousie que nous attribuons à Dieu n’est point celle qui agite et trouble l’esprit. La jalousie de Dieu, c’est cet Amour, cette Charité qu’il a pour nous, et qui l’empêche de laisser jamais personne s’éloigner de Lui impunément. En effet, dit le Prophète David, « Il perd fous ceux qui Le renient »

Ainsi la jalousie dont nous parlons, n’est rien autre chose que cette justice toujours calme et sereine. qui répudie l’âme corrompue par l’erreur et les passions, et qui la repousse parce qu’elle est indigne de rester l’épouse de son Dieu. ...

Quant à la menace qui termine ce précepte, elle signifie que Dieu ne laissera point les pécheurs impunis, mais qu’Il les châtiera comme un bon Père, ou qu’Il les punira sévèrement et sans pitié comme un juge. ....

C’est ce qui arriva pour le roi Josias. A cause de sa piété extraordinaire, Dieu l’avait épargné. Il lui avait accordé de mourir en paix, d’être enseveli dans le tombeau de ses pères et de ne pas être témoin des malheurs qui devaient bientôt tomber sur Jérusalem et la tribu de Juda, à cause des impiétés de Manassès. Mais à peine fut-il mort que la vengeance de Dieu s’exerça contre sa postérité et n’épargna pas même ses enfants." [16] (ultio Dei: vengeance de Dieu)


30.2 "Un serment de cette nature nous livre au jugement de Dieu, comme au vengeur du mensonge." [17] (Dei ultori mendacii: Dieu vengeur du mensonge)


39.1 "... enfin Dieu, pour se VENGER contre eux de leur outrage, les avait accablés de tous les maux intérieurs et extérieurs. A la vue de ces terribles châtiments, ne dirait-on pas que c’en est fait de l’homme ? ne croirait-on pas qu’il est pour toujours dénué de tout secours divin, et réservé à toutes les misères ? et cependant, au milieu de tant et de si cruelles preuves de la colère et de la vengeance divines, on vit paraître comme une lueur de la Bonté de Dieu à leur égard. « Le Seigneur Dieu, nous dit la Genèse , fit à Adam et à sa femme des tuniques de peau, et Il les en revêtit. » Marque évidente, entre tant d’autres, que Dieu n’abandonnera jamais les hommes. " [18]

( ulciscente suam injuriam Deo....divinae irae et ultionis: littéralement "Dieu vengeant son injure...vengeance divine";

On doit noter ici le réflexif du traducteur: SE VENGER. Ceci est extrêmement rare, exceptionnel dans les textes du magistère. Presque toujours Dieu venge quelque chose ou quelqu`un: la justice, le droit, les pauvres) [19]

5) Vatican IEdit

Constitution Pastor Aeternus, ch. 3 "Potestas... a supremo et universali pastore... vindicetur"; "ce pouvoir est...défendu par le pasteur suprême"

(ici c`est le pouvoir pontifical et épiscopal qui est "vengé" par le pape, non Dieu; le sens du verbe en est précisé. On pense vraiment à l`anglais vindicate).

Par contre:

Schéma préparatoire non voté [20]: "qui hanc potestatem tenet, Dei minister est...vindex in iram"; "celui qui possède cette autorité est ministre vengeur de Dieu dans sa colère".

(on parle ici du confesseur; mais ce schéma préparatoire n`a pas été voté, bien que significatif. Le concile n`a eu le temps de voter que quelques textes)


6) Vatican IIEdit

Liberté religieuse #11 "incredulitatem audientium certe exprobravit, sed vindictam Deo in diem Iudicii reliquendo" (référant à l'écriture mais sans guillemets) "Il est vrai encore qu'il a reproché leur incrédulité à ceux qui l'entendaient, mais c'est en réservant à Dieu le châtiment au jour du jugement." [21]

(pas de doute, vindictam signifie vengeance, traduit ici par châtiment)


Le catéchisme de 1992, faisant suite au concile, note quant à lui, en deux directions opposées, d'une facon apparemment paradoxale, mais non pas incompatible avec le texte du concile ci-haut:

no. 1472 à propos des indulgences: "Les peines « ne doivent pas être concues comme une espèce de vengeance infligée par Dieu de l’extérieur » [22].

no. 2268 Le cinquième commandement proscrit comme gravement peccamineux l’homicide direct et volontaire. Le meurtrier et ceux qui coopèrent volontairement au meurtre commettent un péché qui crie vengeance au ciel (cf. Gn 4, 10).[23]

ENCYCLIQUES Edit

1) Pie IXEdit

NOTIS ET NOBISCUM

"qu'ils sachent, et qu'ils considèrent sérieusement qu'ils amassent pour eux-mêmes auprès du divin Juge des trésors de vengeance au jour de la colère" [24]


2) Léon XIIIEdit

SUPREMI APOSTOLATUS

"elle obtiendra que le Dieu vengeur des crimes, inclinant vers la clémence et la miséricorde, rende au monde chrétien et à la société" [25]


IMMORTALE DEI

"À cette époque, l'opinion publique mettait volontiers à la charge du nom chrétien les maux qui assaillaient la société, tandis que c'était Dieu, le vengeur des crimes, qui infligeait de justes peines aux coupables" [26]

SAPIENTIAE CHRISTIANAE

"Jésus-Christ, protecteur et vengeur de l'Église" [27]


RERUM NOVARUM

"Ce serait un crime à crier vengeance au ciel, que de frustrer quelqu'un du prix de ses labeurs" [28]


OCTOBRI MENSE

"L'âme s'attriste et se tourmente encore bien plus à songer quelle cause de maux déplorables réside encore dans l'organisation des États qui ne laissent aucune place à l'Église ou qui combattent son zèle pour la très sainte vertu; c'est là une manifestation terrible et juste de la vengeance de Dieu, laquelle laisse l'aveuglement funeste des âmes s'appesantir sur les nations qui s'éloignent de Lui." "This is truly a terrible manifestation of the just vengeance of God, Who allows blindness of soul to darken upon the nations that forsake Him. These are evils that cry aloud, that cry of themselves with a daily increasing voice." [29]

ON THE ROSARY IUCUNDA SEMPER EXPECTATIONE

"To this end it is indispensable that zeal should be redoubled, while impiety daily redoubles its efforts and labors to move the justice of God and to provoke, for the general ruin, His terrible vengeance" [30]

ON THE ROSARY MAGNAE DEI MATRIS

"Nobody who ponders this disorder and the surrender of the most fundamental principles will be astonished if afflicted nations everywhere are groaning under the heavy hand of God's vengeance and stand anxious and trembling in fear of worse calamities" [31]


MIRAE CARITATIS

"Though indeed the crop of evils which has grown up here on earth is already ripening to a just judgment. Here then is a motive whereby the faithful may be stirred to a devout and earnest endeavour to appease God the avenger of sin, and to win from Him the help which is so needful in these calamitous times." [32]


ON THE RELIGIOUS QUESTION IN FRANCE NOBILISSIMA GALLORUM GENS

"To obey the Church in this is to obey the requirements of social utility, and to serve in the most excellent manner the common welfare. Those, indeed, whose early days were not enlightened by religious instruction, grow up without any knowledge whatever of the greatest truths, which alone can nourish in man the love of virtue, and repress in him his evil passions; such as, for instance, the ideas of God the Creator, of God the Judge and Avenger, of the rewards and punishments in another life, of the heavenly help offered to us by Jesus Christ of the conscientious and holy fulfillment of our duties. Where these are unknown, all intellectual culture will prove unhealthy; young people, unaccustomed to the fear of God, will not endure the restraint of an upright life, they will not venture even to deny anything to their passions, and will easily be seduced into troubling the State." [33]

PASTORALIS OFFICII

"God commands all men to love each other in brotherly love and forbids them to ever violate anyone; he condemns revenge as a deadly sin and reserves to himself the right of expiation. If people could restrain their passion and submit to God, they would easily abandon the monstrous custom of dueling." [34]

QUAM RELIGIOSA ON CIVIL MARRIAGE LAW

"The Church has shown for preserving the honor and sanctity of marriage, for the Church is the best guardian and avenger of mankind." [35] (ici c’est l’Eglise qui est vengeresse du genre humaine; on pourrait traduire « défenderesse » )


QUOD ANNIVERSARI

"Though they cannot enter into everlasting rest until they have paid the uttermost farthing which they owe to the avenging justice of God." [36]


QUOD MULTUM

"Therefore, if pastors of souls are forced to make a choice in the matter, they must choose to endure the penalties prescribed by civil law rather than provoke the wrath of an avenging God." [37]


SUPREMI APOSTOLATUS OFFICIO

"The heavenly Patroness of the human race will receive with joy these prayers and supplications, and will easily obtain that the good shall grow in virtue, and that the erring should return to salvation and repent; and that God who is the avenger of crime, moved to mercy and pity may deliver Christendom and civil society from all dangers, and restore to them peace so much desired." "La Patronne céleste du genre humain exaucera ces prières et ces supplications, et Elle accordera facilement aux bons la faveur de voir leurs vertus s'accroître, aux égarés celle de revenir au bien et de rentrer dans la voie du salut, elle obtiendra que le Dieu vengeur des crimes, inclinant vers la clémence et la miséricorde, rende au monde chrétien et à la société, tout péril étant désormais écarté, cette tranquillité si désirable." [38]


QUOD APOSTOLICI MUNERIS

"Deo, omnis iuris auctore ac vindice" (Denzinger 3133[11]). Traduit par "Dieu, auteur et gardien de tout droit" et par "author and defender of right"[39].

Vengeur de tout droit est plus précis (gardien serait "custos").

3) Pie XIEdit

INIQUIS AFFLICTISQUE ON THE PERSECUTION OF THE CHURCH IN MEXICO

"Priests and laymen have been cruelly put to death in the very streets or in the public squares which front the churches. May God grant that the responsible authors of so many grave crimes return soon to their better selves and throw themselves in sorrow and with true contrition on the divine mercy; We are convinced that this is the noble revenge on their murderers which Our children who have been so unjustly put to death are now asking from God." [40]

MISERENTISSIMUS REDEMPTOR ON REPARATION TO THE SACRED HEART

"For since we are all sinners and laden with many faults, our God must be honored by us not only by that worship wherewith we adore His infinite Majesty with due homage, or acknowledge His supreme dominion by praying, or praise His boundless bounty by thanksgiving; but besides this we must need make satisfaction to God the just avenger, "for our numberless sins and offenses and negligences." [41]

MIT BRENNENDER SORGE

"It is part of their sacred obligations to do whatever is in their power to enforce respect for, and obedience to, the commandments of God, as these are the necessary foundation of all private life and public morality; to see that the rights of His Divine Majesty, His name and His word be not profaned; to put a stop to the blasphemies, which, in words and pictures, are multiplying like the sands of the desert; to encounter the obstinacy and provocations of those who deny, despise and hate God, by the never-failing reparatory prayers of the Faithful, hourly rising like incense to the All-Highest and staying His vengeance." "… prière réparatrice des fidèles, qui tel un encens, d'heure en heure, monte vers le Très-Haut et arrête sa main vengeresse." [42]

CASTI CONNUBII

"Que si les autorités de l'Etat n'omettent pas seulement de protéger ces petits, mais que, par leurs lois et leurs décrets, ils les abandonnent et les livrent même aux mains de médecins ou d'autres, pour que ceux-ci les tuent, qu'ils se souviennent que Dieu est juge et vengeur du sang innocent qui, de la terre, crie vers le ciel (55). " 55 - Gen IV, 10. [43]


QUAS PRIMAS

"Les chefs de la société civile se rappelleront, de leur côté, le dernier jugement, où le Christ accusera ceux qui l'ont expulsé de la vie publique, mais aussi ceux qui l'ont dédaigneusement mis de côté ou ignoré, et punira de pareils outrages par les châtiments les plus terribles; car sa dignité royale exige que l'État tout entier se règle sur les commandements de Dieu et les principes chrétiens dans l'établissement des lois, dans l'administration de la justice, dans la formation intellectuelle et morale de la jeunesse, qui doit respecter la saine doctrine et la pureté des mœurs." "It will call to their minds the thought of the last judgment, wherein Christ, who has been cast out of public life, despised, neglected and ignored, will most severely avenge these insults; for his kingly dignity demands that the State should take account of the commandments of God and of Christian principles, both in making laws and in administering justice, and also in providing for the young a sound moral education." [44]


4) Pie XIIEdit

SUMMI PONTIFICATUS

"Et avant tout il est certain que la racine profonde et dernière des maux que Nous déplorons dans la société moderne est négation et le rejet d'une règle de moralité universelle, soit dans la vie individuelle, soit dans la vie sociale et dans les relations internationales : c'est-à-dire la méconnaissance et l'oubli, si répandus de nos jours, de la loi naturelle elle-même, laquelle trouve son fondement en Dieu, créateur tout-puissant et père de tous, suprême et absolu législateur, omniscient et juste vengeur des actions humaines. Quand Dieu est renié, toute base de moralité s'en trouve ébranlée du même coup" [45]



HAURIETIS AQUAS

"24. ... The ultimate reason for obeying God, for the people of Israel, was not the fear of divine vengeance which the rumble of thunder and the lightning flashing from the top of Mount Sinai struck into their souls, but was rather the love they owed to God." [46]

ORIENTALES OMNES ECCLESIAS

"59. Amid these heavy calamities, since human help is seen to be of no avail, nothing remains, venerable brethren, but earnestly to implore the most merciful God, who "will do justice to the needy and will avenge the poor,"[19] that of his loving kindness he would himself calm this terrible storm and at length bring it to an end." [47]

5) Jean XXIIIEdit

AD PETRI CATHEDRAM

"Let us love God our Lord; let us love His Church. Let us love Him as our father and her as our mother, Him as our master and her as His handmaid. For we are the children of His handmaid. This marriage is based on a deep love. No one can offend one of them and be a friend of the other. . . What difference does it make that you have not offended your father, if he punishes offenses against your mother? . . . Therefore, dearly beloved, be all of one mind and remain true to God your father and your mother the Church."

"Quid tibi prodest non offensus Pater, qui offensam vindicat matrem? … Tenete ergo, carissimi, tenete omnes unanimiter Deum patrem, et matrem Ecclesiam». (19)"

(offensam vindicat: venge l`offense)

"35. We ask all men, but particularly rulers of nations, to weigh these considerations prudently and seriously in the presence of God our protector. May they enter with a will upon those paths which will lead to the unity that is so badly needed. This harmonious unity will be restored when hearts are at peace, when the rights of all are guaranteed, and when there has dawned that liberty due everywhere to individual citizens, to the state, and to the Church."

"Rogamus igitur omnes, eos potissimum, qui publicae rei moderantur, ut haec prudenti intentoque animo coram vindice Deo considerent; atque adeo volentes libentesque viri omnes ingrediantur, quae ad necessariam unitatem conducant. Quae quidem concors unitas, qua una, ut diximus, communis etiam populorum prosperitas procul dubio augebitur, tum solummodo redintegrari poterit, cum nempe pacatis animis ac iuribus omnium in tuto positis, debita ubique Ecclesiae, nationibus, singulisque civibus refulserit libertas." [48]

(vindice Deo signifie Dieu vengeant, ou vengeur)


6) Paul VIEdit

CHRISTI MATRI

"Demitiga mentes bellantium iisque inice «cogitationes pacis»; fac ut iniuriarum vindex Deus ad misericordiam conversus gentes expetitae tranquillitati restituat et in diuturnum aevum ad veri nominis prosperitatem adducat." "Through your intercession, may God, the avenger of injuries, turn to mercy. May He give back to nations the tranquility they seek and bring them to a lasting age of genuine prosperity." [49] (Deus vindex: Dieu vengeur)

7) Jean-Paul IIEdit

EVANGELIUM VITAE

"8.After the crime, God intervenes to avenge the one killed Post scelus, intercedit Deus ut ulciscatur interfectum"

(Deus ulciscatur : Dieu…pour venger)

"9. At praeterire impune non potest Deus delictum: agro ex ipso, ubi effusus est, postulat interfecti sanguis ut Ille iustitiam reddat (Cfr. ibid. 37, 26; Is. 26, 21; Ez. 24, 7-. Hoc ex loco collegit Ecclesia illam appellationem “peccatorum quae coram Deo vindictam clamant” quibus ante omnia voluntarium annumeratur homicidium" De ce texte, l'Eglise a tiré l'expression de « péchés qui crient vengeance à la face de Dieu » et elle y a inclus, au premier chef, l'homicide volontaire."

"...Hoc ideo ipso loco admirabile proditur misericordis Dei iustitiae arcanum; quem ad modum narrat sanctus Ambrosius: “Cum parricidium esset admissum, hoc est scelerum principatus, ubi peccatum obrepsit, statim et lex divinae mansuetudinis prorogari debuit; ne si continuo vindicatum esset in reum, homines quoque in vindicando nullam patientiam moderationemque servarent, sed statim reos supplicio darent... Repulit enim eum Deus a facie sua, et a parentibus abdicatum separatae habitationis quodam relegavit exsilio; eo quod ab humana mansuetudine transisset ad saevitiam bestiarum. Verumtamen non homicidio voluit homicidam vindicari, qui mavult peccatoris correctionem, quam mortem” (S. AMBROSII "ainsi que l'écrit saint Ambroise: « Comme il y avait eu fratricide, c'est-à-dire le plus grand des crimes, au moment où s'introduisit le péché, la loi de la miséricorde divine devait immédiatement être étendue; parce que, si le châtiment avait immédiatement frappé le coupable, les hommes, quand ils puniraient, n'auraient pas pu se montrer tolérants ou doux, mais ils auraient immédiatement châtié les coupables. (...) Dieu repoussa Caïn de sa face et, comme il était rejeté par ses parents, il le relégua comme dans l'exil d'une habitation séparée, parce qu'il était passé de la douceur humaine à la cruauté de la bête sauvage. Toutefois, Dieu ne voulut pas punir le meurtrier par un meurtre, puisqu'il veut amener le pécheur au repentir plutôt qu'à la mort »."

(vindicare est traduit par punir, châtiment ; on peut traduire par venger, vengeance, plus proche de la racine)

"57 Gravis namque inoboedientia est morali legi, immo ipsi Deo eius auctori ac vindici; primariae praeterea virtuti iustitiae contradicit et caritatis" "En effet, c'est une grave désobéissance à la loi morale, plus encore à Dieu lui-même, qui en est l'auteur et le garant; cela contredit les vertus fondamentales de la justice et de la charité." [50]

(vindici est traduit par garant. Vengeur est meilleur)


8) Benoit XVIEdit

DEUS CARITAS EST

"In orbe, ubi cum Dei nomine nonnumquam etiam vindicta quin immo officium odii et violentiae coniunguntur, hic nuntius magnum habet in praesentia pondus atque certam quandam significationem."

"Dans un monde où l’on associe parfois la vengeance au nom de Dieu, ou même le devoir de la haine et de la violence, c’est un message qui a une grande actualité et une signification très concrète. C’est pourquoi, dans ma première Encyclique, je désire parler de l’amour dont Dieu nous comble et que nous devons communiquer aux autres." [51]

(ici il s'agit des vengeances humaines sous l'emprise de la passion, i.e. de la vengeance-vice)

COMMENTAIRES Edit

1) Occurrences


Le concept de vengeance divine ou de Dieu vengeur est présent dams les textes des conciles de Trente, Vatican II, Tolède (profession de foi importante à portée dogmatique); et dans un schéma non voté du Concile Vatican I.


Dans les 256 encycliques (seulement) de Pie IX à Jean-Paul II, il apparaît 23 fois (et il faut compter le sous-dénombrement). Rien n'a été trouvé chez Pie X et Benoît XV. Tous les autres papes y font référence, bien que presque toujours marginalement, et ne s`y opposent jamais [52]


D`autre part, le chiffre total est faible, et le concept n`apparaît qu`une ou deux fois par document, quand il apparaît.


La notion de vengeance divine n'est donc pas absente de l'enseignement du magistère, avec différents degrés d'insistence. La moindre utilisation récente montre néanmoins qu'elle n'est pas un point d'insistance des dernières décennies. La rêcente encyclique de Benoît XVI, qui insiste sur l'amour de Dieu, sans aborder la notion de Deus vindex, mais sans la rejeter non plus, peut être considérée comme partiellement en phase avec les tendances des théologies de la seconde moitié du XXe siècle.


Il faut aussi noter que la recherche n'a pas porté sur le mot "châtiment" , qui aurait sans doute été plus présent que "vengeance", qui est un terme plus précis.


2) Sens du mot


Il faut noter toutes les occurrences où vengeance ne concerne pas Dieu (et qui ne sont pas citées ici): un pape qui venge les offenses faites à l`eglise, à la vérité, etc. Egalement, le caractère très exceptionnel du réfléchi "se venger". On venge quelque chose ou quelqu`un. Un peu comme dans les expressions contemporaines "venger l`honneur", "venger une défaite". Effectivement, quand une équipe sportive venge une défaite de 0-2 par une victoire de 2-0, elle accomplit exactement ce qui se cache sous le concept de vengeance (vindicare) au sens classique et technique du terme présent dans la tradition: l`égalité compensatoire.


D'après les sources ci-haut, un Dieu "vindex", vengeur, est un Dieu "compensateur", la seule nuance étant que la compensation en ce cas-ci est négative, punitive, un peu comme si, pour un vol de 10, on imposait une amende de 10 plus restitution. Dans cette conception l'ordre de l'univers recoit compensation par répression d'un mal qui lui a été infligé. L`idée centrale est celle de proportionnalité, d`équité rationnelle. Une vengeance est concue exactement comme une récompense à l`envers, on pourrait presque dire une DE-compense. Il y a un aspect vengeance, en même temps que médicinal, dans toutes les condamnations des tribunaux.


Selon le texte de St Thomas, ceci se distingue de la vengeance passion, la "vertu de vengeance" étant un opposé de la vengeance-vice. La seconde verse dans l'excès (e.g. dans la vendetta), la première constitue un juste milieu entre punition molle et punition cruelle.

VOIR AUSSIEdit

"Dieu vengeur (Deus vindex) chez les maîtres spirituels" [12]

Joseph de Finance, s.j., "Dieu punit-il en ce monde?", Science et Esprit, 1988, pp. 279-294. Voir Discussion de cet article ci-haut. L'A., en un point de vue très proche du DTC, conteste d'ailleurs que la notion de vengeance divine soit préconciliaire, et considère intellectuellement suspecte l'unanimité (en 1988) à ce sujet.

Jean-Marie Aubert, Loi de Dieu, Loi des hommes (manuel de théologie morale classique), 1964. p. 29: Dieu est le suprême législateur de l'univers par sa providence. Or la peine infligée par les législateurs directement ou indirectement, d'une facon ou d'une autre "...peut avoir différent buts: a) préventif: pousser par sa perspective à observer la loi (le peur du gendarme) b) vindicatif, et c'est le principal: rétablir l'ordre lésé par la transgression de la loi c) médicinal: amener le coupable...à s'amender..."

REFERENCES Edit

  1. Le Dictionnaire du Digeste , t.2, p. 594, précise qu'en droit romain "on nommait vindicte publique ce qui était fait par le magistrat pour venger la majesté publique"; d'autre part, les manuels de droit romain mentionnent que le mot technique "Vindex" désigne ordinairement le garant d'un accusé, une personne se substituant à ce dernier pour lui servir de caution. On a ici un sens proche de l'anglais vindicator. Le vindex-vengeur connote un sens distinct de ce sens technique en droit romain, même si Cicéron (ci-bas) utilise vindicta au sens juridique.
  2. Tout le compendium de Denzinger en ligne a été fouillé. On peut noter l'occurrence secondaire (Saint Office, sous Clément XI): 2381 Question 2 : Est-il possible de baptiser un adulte inculte et stupide, comme il est arrivé pour un barbare, s'il lui est communiqué seulement la connaissance de Dieu et quelques-uns de ses attributs, en particulier celui de la justice rémunératrice et vindicative(remunerativae et vindicativae), selon le passage de l'Apôtre celui qui s'approche de Dieu doit croire qu'il est et qu'il rétribue He 11,6 d'où l'on conclut que dans le cas d'une urgente nécessité un adulte peut être baptisé même s'il ne croit pas explicitement en Jésus Christ ? Réponse : Un missionnaire ne peut pas baptiser quelqu'un qui ne croit pas explicitement au Seigneur Jésus Christ, et il est tenu de l'instruire au sujet de toutes les choses qui sont nécessaires (au salut) de nécessité de moyen, selon la capacité de celui qui doit être baptisé. [1]
  3. http://catho.org/9.php?d=bvy#cjl
  4. http://catho.org/9.php?d=bwe#cwy; http://catho.org/9.php?d=bxs#bjm
  5. http://catho.org/9.php?d=bwe#cwy; http://catho.org/9.php?d=bxs#bjm
  6. http://www.documentacatholicaomnia.eu/01_10_1245-1245-_Concilium_Lugdunense_I.html
  7. http://www.documentacatholicaomnia.eu/01_10_1274-1274-_Concilium_Lugdunense_II.html
  8. Souce du latin et de la traduction francaise citée: Giuseppe Alberigo, Les Conciles œcuméniques, t.II, Cerf, 1994.
  9. http://lesbonstextes.ifastnet.com/trentequatorziemesession.htm#chap8
  10. http://lesbonstextes.ifastnet.com/trentequatorziemesession.htm#chap8
  11. http://lesbonstextes.ifastnet.com/trentevingtdeuxiemesession.htm#canons
  12. http://history.hanover.edu/texts/trent/ct25.html  : ON CHOICE OF MEATS; ON FASTS, AND FESTIVAL DAYS
  13. http://catho.org/9.php?d=bx3#cdl
  14. http://lesbonstextes.ifastnet.com/trentequatorziemesession.htm#chap5
  15. http://web.archive.org/20041103012418/catechisme.free.fr/trente/part2/partie2chap24.htm
  16. http://web.archive.org/20041101183803/catechisme.free.fr/trente/part3/partie3chap28.htm
  17. http://web.archive.org/20041101183852/catechisme.free.fr/trente/part3/partie3chap30.htm
  18. http://web.archive.org/20040914022456/catechisme.free.fr/trente/part4/partie4chap39.htm
  19. Dans la ligne du châtiment mondain, on peut ajouter, du catéchisme de Trente: "Ch.24 Le Prophète Nathan lui avait dit: [4] « Le Seigneur n’a point retenu votre péché, vous ne mourrez point. » Et cependant il s’imposa volontairement des peines très grandes, implorant jour et nuit la miséricorde de Dieu en ces termes: [5] « Lavez-moi de plus en plus de mon iniquité, et purifiez-moi de mon péché ; parce que je connais mon iniquité, et mon péché est toujours devant moi. » Par ces paroles il demandait au Seigneur, non seulement le pardon de son crime, mais encore la remise de la peine qu’il avait méritée ; et il Le conjurait de le purifier de tous les restes de ses fautes, et de le rétablir dans son premier état d’innocence et de gloire. Cependant, malgré toute la ferveur de ses prières, le Seigneur ne laissa pas de le punir, et par la perte de l’enfant né après sa faute, et par la révolte et la mort d’Absalon qu’il aimait tendrement, et par plusieurs autres peines et châtiments, dont II l’avait...auparavant menacé. nous voyons encore dans l’Exode que le Seigneur apaisé par les prières de Moïse, pardonna au peuple son idolâtrie: ce qui ne L’empêcha pas d’annoncer qu’Il en tirerait une vengeance très sévère et Moïse lui-même déclara que le Seigneur le punirait de ce crime, avec la dernière rigueur, jusqu’à la troisième et quatrième génération. Quant à l’Eglise catholique, sa Doctrine n’a jamais varié sur ce point, et tous les écrits des Pères prouvent qu’elle n’a pas cessé de croire cette vérité" ([2]). Ch.44 "Car Dieu, qui se sent offensé par nos crimes, au delà de ce que nous pouvons concevoir, déclare au pécheur une guerre implacable, Saint Paul le dit: [15] « La colère et l’indignation, la tribulation et l’angoisse, voilà le partage de tout homme qui fait le mal ! » Sans doute l’acte du péché passe, mais la tache et la culpabilité restent ; et la colère de Dieu, toujours menaçante, suit le pécheur comme l’ombre suit le corps. David se sentant pressé par les aiguillons de cette redoutable colère, demandait avec ardeur le pardon de ses fautes. Il nous a laissé dans le Psaume cinquantième un modèle de douleur, avec les raisons et les motifs de cette douleur. Les Pasteurs feront bien de le mettre sous les yeux des Fidèles afin qu’à l’exemple du Prophète ils puissent s’exciter à un véritable repentir, à une douleur sincère de leurs péchés, et concevoir l’espérance du pardon." (le latin du début du ch. 44 dit: "Bellum enim est sceleratis cum Deo quorum sceleribus incredibiliter offenditur": il y a guerre entre Dieu et les méchants dont les crimes l'outragent à un point incroyable; ce n`est pas exactement ce que rend le traducteur ("au pécheur une guerre implacable"), car scélérat est plus fort que pécheur) ([3]). Ch. 46 "pour nous, tant que nous sommes dans notre pèlerinage, ce même Dieu ne veut pas que nous soyons exempts de toutes les misères. Il veut seulement nous préserver de quelques-unes.... Saint Basile le Grand, Saint Jean Chrysostome et Saint Augustin nous disent que le mal dont il est question dans cette demande, serait particulièrement le démon, parce que le démon fut l’auteur des péchés et des crimes des hommes, et que Dieu se sert de lui pour punir les criminels et les impies. Car c’est Dieu qui nous envoie tous les maux que nous souffrons pour nos péchés: [15] « Y aura-t-il dans la ville un mal qui ne vienne du Seigneur ? dit le Prophète Amos. C’est Moi qui suis le Seigneur [16], est-il dit dans Isaïe, et il n’y en a point d’autre. Je forme la lumière et Je crée les ténèbres, Je fais la paix et Je produis le mal. » ...Enfin il importe de savoir que si nos Prières et nos vœux ne nous délivrent point des maux que nous souffrons, nous devons alors les supporter avec patience, et aussi avec cette conviction que Dieu désire extrêmement nous les voir endurer de la sorte. Donc pas d’indignation, pas de tristesse, si Dieu ne nous exauce pas ! Ne devons-nous pas tout soumettre à sa sainte Volonté et à son bon plaisir ? ne devons-nous pas regarder comme utiles et salutaires les choses que Dieu approuve et non pas celles qui nous plaisent ? Que les Pasteurs s’appliquent donc à bien représenter aux Fidèles qu’ils doivent être prêts, tant qu’ils sont sur la terre, à supporter les incommodités et les calamités de tout genre, non seulement sans se plaindre, mais même avec une certaine joie" ([4])
  20. Aubert-Guéret-Tombeur, Concilium Vaticanum I, Louvain , 1977, p. 548
  21. http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_decl_19651207_dignitatis-humanae_fr.html; http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_decl_19651207_dignitatis-humanae_lt.html
  22. http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_P4B.HTM#6Y
  23. http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_P7U.HTM#PR; incidemment, le catéchisme de Trente, exactement sous la même rubrique du cinquième commandement, tout en insistant beaucoup sur les péchés de vengeance des hommes contraires à ce commandement, maintient, après avoir rappelé que les magistrats civils sont effectivement "vengeurs légitimes": "...nos Saints Livres, où nous voyons Dieu détester tellement l’homicide qu’il nous assure qu’Il vengera la mort de l’homme sur les bêtes, et qu’Il ordonne de tuer l’animal qui aura seulement blessé un homme"[5]
  24. http://lesbonstextes.awardspace.com/pixnostisetnobiscum.htm
  25. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_01091883_supremi-apostolatus-officio_fr.html
  26. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_01111885_immortale-dei_fr.html
  27. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_10011890_sapientiae-christianae_fr.html
  28. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_15051891_rerum-novarum_fr.html
  29. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_22091891_octobri-mense_en.html
  30. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_08091894_iucunda-semper-expectatione_en.html
  31. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_08091892_magnae-dei-matris_en.html
  32. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_28051902_mirae-caritatis_en.html
  33. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_08021884_nobilissima-gallorum-gens_en.html
  34. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_12091891_pastoralis-officii_en.html
  35. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_16081898_quam-religiosa_en.html
  36. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_01041888_quod-anniversarius_en.html
  37. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_22081886_quod-multum_en.html
  38. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_01091883_supremi-apostolatus-officio_fr.html; http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_01091883_supremi-apostolatus-officio_en.html
  39. http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_28121878_quod-apostolici-muneris_fr.html; http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_28121878_quod-apostolici-muneris_en.html
  40. http://www.vatican.va/holy_father/pius_xi/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_18111926_iniquis-afflictisque_en.html
  41. http://www.vatican.va/holy_father/pius_xi/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_08051928_miserentissimus-redemptor_en.html
  42. http://www.vatican.va/holy_father/pius_xi/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_14031937_mit-brennender-sorge_en.html
  43. http://www.vatican.va/holy_father/pius_xi/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_31121930_casti-connubii_fr.html
  44. http://www.vatican.va/holy_father/pius_xi/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_11121925_quas-primas_en.html; http://www.vatican.va/holy_father/pius_xi/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_11121925_quas-primas_fr.html
  45. http://www.vatican.va/holy_father/pius_xii/encyclicals/documents/hf_p-xii_enc_20101939_summi-pontificatus_fr.html
  46. http://www.vatican.va/holy_father/pius_xii/encyclicals/documents/hf_p-xii_enc_15051956_haurietis-aquas_en.html
  47. http://www.vatican.va/holy_father/pius_xii/encyclicals/documents/hf_p-xii_enc_23121945_orientales-omnes-ecclesias_en.html; On peut ajouter le texte secondaire suivant: "DISCOURS DU PAPE PIE XII AUX JURISTES CATHOLIQUES D’ITALIE prononcé le 5 décembre 1954 à Rome: "Considéré dans son terme, le fait coupable est un mépris arrogant de l’autorité qui commande de maintenir l’ordre de la justice et du bien, et qui est la source, la gardienne, la tutrice et la vengeresse de l’ordre même. Et puisque toute autorité humaine ne peut émaner finalement que de Dieu, tout fait coupable est une opposition contre Dieu même, son droit suprême et sa souveraine majesté. (…) Dans l’analyse de l’acte coupable, Nous disions qu’il consiste à refuser et à nier la subordination qui est due, le service et le dévouement qui sont dus, le respect et l’hommage qui sont dus ; Nous disions qu’il est objectivement une offense à la grandeur et à la majesté de la loi, ou mieux, de Celui qui en est l’auteur, le gardien, le juge et le vengeur.(…) Tout véritable acte coupable en matière grave est, en dernière analyse, une faute devant Dieu qui a un droit absolu, parce que divin, à l’obéissance et à la soumission, au service et à la louange, et qui, comme auteur, gardien, juge et vengeur de l’ordre juridique, fait connaître au coupable ses exigences avec ce caractère absolu et inconditionné qui est propre aux manifestations intimes de la conscience." (Documentation catholique 26-12-1954 col. 1601 et s., puis 20-2-1955 col. 193 et s.), [6]
  48. http://www.vatican.va/holy_father/john_xxiii/encyclicals/documents/hf_j-xxiii_enc_29061959_ad-petri_en.html
  49. http://www.vatican.va/holy_father/paul_vi/encyclicals/documents/hf_p-vi_enc_15091966_christi-matri_en.html
  50. http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae_fr.html
  51. http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/encyclicals/documents/hf_ben-xvi_enc_20051225_deus-caritas-est_fr.html; http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/encyclicals/documents/hf_ben-xvi_enc_20051225_deus-caritas-est_lt.html
  52. Sources de recherche: http://www.vatican.va/holy_father/index.htm ; http://www.papalencyclicals.net/